Les travailleurs de l’éducation de l’Ontario pourraient se mettre en grève vendredi si l’accord n’est pas conclu avec la province

Le conseil scolaire catholique de Toronto est le premier de la ville à annoncer qu’il fermera les portes de ses écoles à partir de ce vendredi, si les 55 000 travailleurs de l’éducation de la province se mettent en grève.

Le Toronto Catholic District School Board (TCDSB), dans une note envoyée aux parents et tuteurs dimanche après-midi, a déclaré que la fermeture, qui sera faite « pour assurer la santé, le bien-être et la sécurité de nos élèves et de notre personnel », entraînerait également l’annulation des permis pour les événements spéciaux ainsi que les cours du soir et du samedi. Toutes les excursions seront également annulées “pour la durée de la grève”, a noté le conseil.

Le TCDSB, qui conseille aux parents / tuteurs de consulter son site Web et sa page Twitter pour les mises à jour, a déclaré qu’il travaillait également avec ses fournisseurs de services de garde pour élaborer un “plan d’urgence” et communiquerait plus d’informations sous peu.

Entre-temps, le conseil encourage les parents d’enfants d’âge scolaire à prendre d’autres dispositions pour leur famille.

« Nous comprenons que cette nouvelle est difficile et peut être source de stress pour les familles et leurs enfants, en particulier après les circonstances de la pandémie. Cependant, sachez que le Toronto Catholic District School Board (TCDSB) ne contrôle pas les décisions concernant la grève ou son remède, car les négociations sont centralisées au niveau provincial », a déclaré le TCDSB.

Bien qu’ils ne sachent pas exactement ce que l’action impliquerait, les conseils scolaires du district de Kawartha Pine Ridge et du district catholique de Peterborough Victoria Northumberland et Clarington (PVNC) ont également déjà annoncé qu’ils prévoyaient de fermer leurs bâtiments en cas de grève totale du SCFP.

Plus tôt dans la journée, le syndicat représentant les 55 000 concierges, éducateurs de la petite enfance, aides-enseignants et personnel administratif des conseils scolaires publics, catholiques, anglophones et francophones de l’Ontario a donné son préavis de grève de cinq jours. L’action syndicale pourrait commencer vendredi, si une nouvelle convention collective n’est pas négociée avec le gouvernement provincial.

See also  Officiel : Trudeau utilisera les pouvoirs d'urgence partout au Canada

Les travailleuses et travailleurs de l’éducation en Ontario sont sans contrat depuis le 31 août. Malgré plusieurs rondes de pourparlers, une nouvelle convention collective n’a pas encore été négociée.

Au début d’octobre, le SCFP a annoncé que ses membres avaient voté à 96,5 % en faveur d’un arrêt de travail si une entente contractuelle ne pouvait être conclue avec le gouvernement provincial.

Le syndicat a ensuite demandé au ministère du Travail de l’Ontario d’accorder ce qu’on appelle un rapport de non-commission, ce qui signifie qu’une commission de conciliation ne sera pas nommée. Ce feu vert, qui a permis aux travailleurs de quitter légalement le travail dans 17 jours (3 novembre), a été donné le 17 octobre. Un préavis de cinq jours doit être donné avant que le syndicat puisse déclencher une grève.

La semaine dernière, des négociations médiatisées ont commencé entre les deux parties, mais ont échoué après seulement deux jours. La province et le syndicat devraient retourner à la table de négociation mardi.

Une séance de médiation d’urgence a maintenant été convoquée cet après-midi à 15 h 30. Toutes les parties concernées, y compris le SCFP, les négociateurs du gouvernement, le médiateur et les représentants des conseils scolaires, doivent se réunir à l’hôtel Sheraton du centre-ville de Toronto pour discuter de l’intervention imminente et de la manière dont elle peut être évité.

L’Association des conseils scolaires publics de l’Ontario (OPSBA), qui représente les conseils scolaires de district publics anglophones et les autorités scolaires publiques de tout l’Ontario, a déclaré à CTV News que sa « priorité absolue est de négocier une convention collective équitable, entièrement financée, et dans l’intérêt supérieur de nos élèves. »

“Nous assisterons à la réunion avec les autres parties aujourd’hui”, a déclaré la présidente de l’OPSBA, Cathy Abraham, dans un communiqué.

À l’heure actuelle, l’association est en train de dresser une liste des conseils scolaires qui prévoient de fermer leurs écoles en cas de grève vendredi. Dans certains cas, les conseils scolaires dotés d’installations dont le personnel de soutien est entièrement représenté par la Fédération des enseignantes et des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario peuvent rester ouverts.

See also  2 autres décès dus au COVID-19 signalés à T.-N.-L., portant le total à 52 | Nouvelles de Radio-Canada

Entre autres choses, le SCFP demande une augmentation salariale annuelle de 3,25 $/heure (11,7 %), des éducatrices et éducateurs de la petite enfance dans chaque classe de maternelle, cinq jours supplémentaires payés avant le début de l’année scolaire, 30 minutes de temps de préparation quotidien payé, une augmentation en heures supplémentaires et un investissement de 100 millions de dollars dans la création de nouveaux emplois.

Le gouvernement Ford, quant à lui, a proposé un accord de quatre ans qui comprend une augmentation annuelle de 2 % pour les travailleurs qui gagnent moins de 40 000 $ et une augmentation de salaire annuelle de 1,25 % pour ceux qui gagnent plus.

Laura Walton, une aide-enseignante de Belleville qui est présidente du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario du SCFP, a déclaré que leur objectif est « d’obtenir une entente négociée qui réponde aux besoins des élèves et des travailleurs de première ligne. Personne ne veut faire la grève, encore moins les travailleurs de l’éducation les moins bien payés qui peuvent à peine payer nos factures.

« Pourtant, nous avons besoin d’une augmentation de salaire significative et nous la méritons. Les élèves et les parents méritent des garanties de niveaux de service et une amélioration du personnel dans les écoles. Doug Ford est le premier ministre de la province la plus riche du Canada et il a clairement le pouvoir et les ressources nécessaires pour accepter nos propositions raisonnables, abordables et absolument nécessaires. Ce serait populaire et la bonne chose pour lui de le faire aujourd’hui », a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse du 30 octobre.

Qualifiant le préavis de grève de « décision malheureuse » du SCFP, le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, a déclaré que la province continuerait de travailler pour parvenir à une entente.

“Dans l’intérêt des élèves et des parents, nous n’abandonnons pas un accord qui protège l’apprentissage en personne des enfants, après deux ans de perturbations qui ont entraîné une perte d’apprentissage et une adversité en matière de santé mentale. Nous avons demandé au SCFP de nous retrouver à la table aujourd’hui et espérons qu’ils renonceront à leur demande d’une augmentation de près de 50 % de la rémunération, ce qu’ils ont jusqu’à présent refusé de faire », a-t-il déclaré dans un communiqué fourni à CTV News Toronto. .

See also  Afghan women athletes who thought they were headed for Canada plead with Ottawa: 'Don't break our hearts' | CBCNews

«Nous sommes à la table avec une offre équitable qui comprend une augmentation de salaire et maintient le régime de retraite et d’avantages sociaux le plus généreux, mais le plus important, cela permet aux enfants de rester en classe. Si le SCFP va de l’avant avec des grèves et des perturbations, nous agirons pour garder les élèves en classe afin qu’ils puissent continuer à rattraper leur retard.

Lecce a précédemment qualifié les offres de son gouvernement de «raisonnables» et a exhorté le syndicat à présenter une contre-proposition plus «abordable et équitable» que celle qu’il a soumise à ce jour.

Dans une déclaration fournie au CP24 vendredi, il a accusé le SCFP de tout sauf de confirmer “qu’ils feront grève s’ils n’obtiennent pas une augmentation de près de 50% de leur rémunération”.

“Bien que ce syndicat fasse passer ses propres intérêts avant ceux des enfants, nous veillerons à ce que les élèves de l’Ontario restent en classe”, a déclaré Lecce.

Le syndicat a légalement signifié un premier avis de négociation le 3 juin, le lendemain des élections provinciales.

“Nous exhortons le gouvernement Ford à conclure un accord avec nous depuis 150 jours, mais jusqu’à présent, ils continuent de dire” non “même s’ils pourraient facilement se permettre de dire” oui “étant donné leur excédent de 2,1 milliards de dollars”, a déclaré Walton, ajoutant des étudiants. sont renvoyés de l’école parce qu’il n’y a pas assez de personnel disponible, tandis que de nombreux travailleurs de l’éducation comptent sur les banques alimentaires.

Les cinq principaux syndicats de l’éducation de l’Ontario sont actuellement en pleine négociation avec la province après l’expiration de leurs contrats le 31 août.


– Avec des fichiers de Chris Fox et de La Presse canadienne.

Related Posts

mint explainer: le revirement de la russie sur l'accord sur

Mint Explainer: Le revirement de la Russie sur l’accord sur les céréales de la mer Noire

Dans une série d’événements dramatiques, la Russie s’est retirée samedi de son accord avec la Turquie, les Nations Unies et l’Ukraine pour autoriser les expéditions de céréales…

avertissement de neige en vigueur pour calgary : environnement canada

Avertissement de neige en vigueur pour Calgary : Environnement Canada | Nouvelles de Radio-Canada

Des chutes de neige allant jusqu’à 20 centimètres sont prévues pour Calgary alors qu’Environnement et Changement climatique Canada a émis un avertissement météorologique pour plusieurs régions de…

Avertissements de neige émis pour certaines parties de l’ouest de l’Alberta | Globalnews.ca

Un avertissement de chute de neige a été émis pour certaines régions de l’ouest de l’Alberta lundi après-midi, Environnement Canada avertissant que certaines régions pourraient voir jusqu’à…

L’ancien chef de la police d’Ottawa, Peter Sloly, continue de témoigner à l’enquête sur la Loi sur les mesures d’urgence | Globalnews.ca

L’ancien chef de la police d’Ottawa, Peter Sloly, devrait poursuivre son témoignage lundi matin à l’enquête publique sur l’utilisation par Ottawa de la Loi sur les mesures…

des manifestants de victoria se joignent à des milliers de

Des manifestants de Victoria se joignent à des milliers de personnes dans le monde pour protester contre l’Iran

Le rassemblement de Victoria, qui a vu des manifestants scander le nom de Mahsa Amini, était l’un des nombreux à travers le Canada samedi. Les Irano-Canadiens et…

analyse | 4 façons dont le nouveau projet de loi

ANALYSE | 4 façons dont le nouveau projet de loi sur le logement du gouvernement PC pourrait passer outre les pouvoirs de la ville | Nouvelles de Radio-Canada

Il n’y a pas eu d’élections au cours de la dernière année où l’abordabilité du logement n’a pas été un sujet brûlant, y compris les élections municipales…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *